Le camp Lodi, camp d'internement des "Pieds-noirs"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le camp Lodi, camp d'internement des "Pieds-noirs"

Message  Admin le Dim 11 Avr - 11:27

Le camp Lodi, camp d'internement des "Pieds-noirs"

Source :

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/culture/20100318.OBS0307/lodi-le-camp-des-oublies.html

Actualite > Culture > Lodi, le camp des oubliés
18/03/2010

Lodi, le camp des oubliés

Au cours de la guerre d’Algérie, des centaines de Pieds Noirs, sympathisants de l’indépendance, ont été arrêtés et détenus de façon arbitraire pendant des années. Nathalie Funès, grâce à des archives inédites et des témoignages exprimés ici pour la première fois, reconstitue cette page refoulée de l’histoire.

Le directeur a son costume sombre et son air des mauvais jours. Il a convoqué les prisonniers, les uns après les autres, dans la cours centrale, sous le soleil ardant de ce mois de mai 1958. Des nouvelles viennent d’arriver d’Alger. Là bas, à une demi journée de route en voiture, par les gorges de la Chiffa et le ruisseau des singes, autant dire à l’autre bout du monde, des milliers de manifestants ont forcé les grilles du gouvernement et investi le grand bâtiment blanc. Le général Massu a formé un Comité de salut public. La foule, hurlante, des hommes, des femmes, des gamins, des vieillards, est massée sur le Forum. Aux cris de "Vive l’Algérie française !", "Non à l’indépendance"… Et puis, il y a eu ces slogans, qui ont résonné, venant des groupes les plus agités : "En route ! Tous à Lodi !". La guerre est en train de prendre un nouveau chemin. Un car de CRS va bientôt arriver de la capitale, pour renforcer la surveillance du camp.

Mais en attendant, la consigne est claire : "Interdiction de sortir des dortoirs". Les internés, la chemise chiffonnée, le menton, mal rasé, écoutent sans se faire d’illusions. Ils ne donnent pas cher de leur peau si les ultras de l’Algérie française débarquent, les armes à la main. Eux qui sont enfermés ici, parce que suspects, à tord ou à raison, d’être favorables à l’indépendance. Aujourd’hui, cela fait quarante-huit ans, jour pour jour (le 18 mars 1962), que la signature des accords d’Evian a mis fin à la guerre d’Algérie.

Mais l’histoire des internés de Lodi n’a toujours pas été racontée.
Grâce à ces documents inédits, que nous avons découverts aux Archives, on peut reconstituer en détail la vie quotidienne du camp : courriers du directeur, pétitions des internés, lettres censurées et rap ports des associations qui ont pu se rendre sur place. (DR)
La France, des années durant, les a purement et simplement escamotés. Grâce à des archives et à des témoignages inédits, leur histoire peut enfin être reconstituée.


C’est à partir d’avril 1955 et du vote de l’état d’urgence, cinq mois après le début du conflit, que les premiers camps ont commencé à apparaître en Algérie. Pudiquement appelés "centres d’hébergement" ou "d’assignation à résidence", ils ont poussé loin des villes et des regards indiscrets. Dans la boue, au milieu des rats, sous les tentes et les baraques de fortune. Djorf, dans l’Atlas Saharien, Berrouaghia, non loin de Médéa, Saint Leu, près d’Oran, Djelfa au sud d’Alger. A Bossuet, au sud de Sidi Bel Abbès, où Vichy avait enfermé les communistes, les vieilles installations ont repris du service. Les vieilles méthodes aussi. A Paul-Cazelles, dans l’Algérois, on déshabille et on frappe les internés au moindre faux pas. A Tefeschoun, à l’ouest d’Alger, un directeur intérimaire fait tirer sur les prisonniers pour réprimer une tentative de rébellion.…"La perte de l’Algérie a été une telle blessure narcissique pour le nationalisme français qu’il a longtemps été impossible de la regarder en face, explique l’historien Benjamin Stora. Encore aujourd’hui, le voile n’a pas été levé sur beaucoup d’exactions. Ces camps, où on a emprisonné, de façon totalement arbitraire, des milliers de gens, essentiellement des Algériens, restent un des derniers tabous». Dans la liste, une dizaine de centres au total, Lodi occupe une place à part. Lodi, c’est le camp des Français. Le camp des Pieds Noirs.

L’endroit est une ancienne colonie de vacances de la compagnie des chemins de fers algériens. A une centaine de kilomètres au sud ouest d’Alger, près de Médéa. Les bâtiments, blanchis à la chaux, du «Petit cheminot de la montagne", sont un peu délabrés. Mais, des fenêtres, on aperçoit les forêts de chênes et les monts enneigés du Titteri. A l’automne 1955, les barbelés commencent à grimper autour des baraques. Un officier de la police judiciaire s’installe dans le fauteuil du directeur. Une vingtaine de gendarmes mobiles montent désormais la garde jour et nuit. Et dans les dortoirs, les fils de cheminots sont remplacés par des instituteurs, des avocats, des médecins, des dockers, des électriciens, des plombiers… Tous suspects, à tort ou à raison, de sympathie ou de soutien à la cause de l’indépendance algérienne. Tous enfermés sans inculpation, sans procès, sans jugement. Sur simple arrêté préfectoral, parfois signé par un sous-fifre. Ils sont cent cinquante en moyenne. Avec chaque semaine, de nouvelles arrivées, de nouveaux départs. Les arrestations se font par vague : anciens membres du Parti communistes algérien, mais aussi syndicalistes, anarchistes, grévistes, membres d’associations religieuses qui ont ouvert, un jour, leur porte à un Fellagha…

René Justrabo, 93 ans, se souvient du jour où on est venu le chercher. C’était le 26 novembre 1956. Ils sont arrivés à l’aube, dans la lumière d’automne qui filtre à travers les volets. Au moment où a ville s’éveille doucement. "Police ! Ouvrez !». Le commissaire du 8ème arrondissement d’Alger a surgi, deux inspecteurs sur les talons, un papier dans la main droite. "Vous êtes bien René Justrabo, né le 15 juin 1917 à Mascara ? Vous êtes en état d’arrestation. Voici votre avis d’assignation à résidence». Il n’y a que quelques mots : "atteinte à la sécurité et à l’ordre public", signés du Préfet d’Alger. Cela fait plusieurs jours, déjà, que la police et l’armée raflent, les uns après les autres, les anciens membres du Parti communiste algérien (PCA). Suspect d’être trop proche des indépendantistes, il a été dissout en septembre 1955. Alger est devenu une souricière. René Justrabo, 39 ans, ancien maire communiste de Sidi Bel Abbès, sait que son tour va bientôt arriver. Il s’apprête, d’automne, à sauter dans le bus bondé qui le conduit, chaque jour, des hauteurs d’Alger, où il habite, au quartier de Belcourt, où il est instituteur. Mais c’est dans un camion militaire à deux bancs qu’il grimpe finalement. Poussé comme un vulgaire délinquant. Destination : le camp de Lodi. Il y restera enfermé trois ans et demi.

Les détenus sont entassés dans trois dortoirs, d’une cinquantaine de lits superposés, collés les uns aux autres. Dans ses rapports, le directeur du camp souligne régulièrement que la moyenne des 10 mètres cubes d’air par prisonnier est contraire à la "législation hospitalière", qui "prévoit un cubage triple". Et que "l’atmosphère confinée" présente "des risques (…) au cas où une simple épidémie de grippe se déclencherait", comme en 1957. (DR)

«A Lodi, la monotonie, l’attente vous tombaient dessus dès votre arrivée", se souvient-il aujourd’hui. Avec des journées qui semblent ne jamais devoir finir, à tourner en rond dans la cour. Des soirées, enfermés à double tour, dès 20 heures, entassés à cinquante par dortoir, dans les relents de sueur et de linge sale. Les visites des familles sont accordées au compte-goutte. Une seule petite heure par mois et toujours en présence d’un policier. Pour tuer l’ennui, les prisonniers improvisent des cours (français, russe, arabe, mécanique, histoire, rédaction…), bricolent des pièces de théâtre ("Knock" de Jules Romain, "Topaze" de Marcel Pagnol…), organisent des tournois de ping-pongs, de volley-ball, de pétanque, lisent et relisent les mêmes livres. Les lectures des internés sont surveillées comme le lait sur le feu. Le courrier personnel est épluché, la plupart des journaux bannis et les livres, soigneusement sélectionnés. Le directeur du service central des centres d’hébergement à Alger a interdit de séjour à Lodi "Le deuxième sexe" de Simone de Beauvoir, "La peste" d’Albert Camus, "La tête des autres" de Marcel Aymé et "Les grande familles" de Maurice Druon. Même les rapports bi-mensuels du directeur du centre sont répétitifs. Avec, toujours les mêmes commentaires mois après mois. "L’insuffisance des rations alimentaires" dont se plaignent les prisonniers, le froid qui sévit, alors qu’il n’y a "que des couvertures en coton", le surpeuplement ("je vous serais en conséquence obligé de faire diriger les nouveaux hébergés éventuels sur d’autres centres"), l’eau des douches "à peine tiède"…


"Le plus dur ? Nous ne savions absolument pas quand nous allions sortir, raconte Albert Smadja, 82 ans, ancien du barreau d’Alger. Dans un an ? Deux ans, trois ans, plus longtemps encore ? Nous avions laissé des femmes et des enfants, qui n’avaient plus un sou. Certains d’entre nous étaient malades, handicapés, âgés... Et nous n’avions aucune idée du sort qui nous était réservé». Albert Smadja est arrêté le 13 février 1957. Deux jours après l’exécution de son client Fernand Yveton, guillotiné à la prison algéroise de Barberousse, pour avoir tenté, en vain, de faire sauter une bombe. Ce jour là, l’avocat doit rendre à la famille un sac d’affaires personnelles, récupéré à la prison. Les policiers l’attendent à son domicile, rue Jean Jaurès, dans le quartier de Bal El Oued, à Alger. Ils veulent lui passer les menottes. Albert Smadja refuse. "D’accord, grogne un responsable, mais s’il bouge : une balle dans la peau". Il restera détenu presque deux ans à Lodi.
Durant ses cinq années d’activité, le camp est resté à effectif constant d’environ 150 internés. "Lodi était l’endroit où les prisonniers étaient le moins mal traités", rappelle l’historien Jean-Luc Einaudi. Les autorités ont fait plus attention, en raison de la présence de Français. Juste avant la fermeture, un groupe d’Algériens les a rejoints. (DR)

L’Algérie s’embourbe dans la guerre, les années filent, les internés croupissent dans l’indifférence. La plupart des Français ignorent l’existence de ces camps. Les protestations se comptent sur les doigts d’une main. Le Comité international de la Croix Rouge se rend à Lodi, à deux reprises, pour quelques heures, envoie des vêtements et des jeux. Une délégation du Comité anti-concentrationnaire, présidé par David Rousset, ancien déporté à Buchenwald, et auteur de «L’univers concentrationnaire" fait l’aller-retour pour le camp. La Fédération Nationale des déportés, internés, résistants et patriotes, s’indigne aussi. Dans un courrier de décembre 1956, elle proteste «contre l’arrestation d’un certain nombre de rescapés des camps" nazis et demande "leur libération". Peine perdue. La missive adressée à Robert Lacoste, ministre résidant en Algérie, lui-même ancien résistant, se perd dans les piles de paperasses. Ceux qui ont connu les camps de la seconde guerre mondiale sont pourtant des dizaines à Lodi. D’anciens prisonniers de guerre comme Fernand Doukhan, instituteur à Bab El Oued et militant anarchiste, arrêté pendant la bataille d’Alger parce qu’il avait fait grève à l’appel du FLN et qui a déjà subi, cinq années durant, les stalags de Ludwigsberg et de Baden Baden. Il y a aussi beaucoup d’anciens résistants. Parmi eux, Jean Farrugia, plombier-zingueur, ancien membre de l’armée clandestine des FFI (Forces françaises de l’intérieur) déporté à Dachau. Quelques mois après son arrivée à Lodi, un camion bourré à craquer de militaires vient le chercher. «Ce n’était pas la première fois qu’un véhicule de l’armée débarquait de cette façon, se souvient Paul Amar, 82 ans, ancien journaliste du quotidien Alger Républicain (proche du Parti communiste algérien et interdit en septembre 1955), resté "trois ans et sept mois" à Lodi. Farrugia a tout de suite compris que c’était pour lui et qu’il allait être torturé". Il part se cacher dans un grenier. Au bout de deux jours, sa "planque" est découverte.

"Farrugia a été " repris". Et d’autres encore après lui. C’est à mon arrivée à Lodi, durant l’été 1957, que j’ai décidé d’écrire "La question", raconte Henri Alleg, 89 ans, ancien directeur d’Alger Républicain. Je venais de quitter le centre militaire d’El Biar, où j’avais été torturé par les parachutistes de la 10ème DP. Au moment où j’allais monter dans le camion, le capitaine avait lâché : "Je vous reprendrai". Briser le silence était le seul moyen pour empêcher que cela continue encore et encore, pour que cessent les coups et la gégène». Henri Alleg retrouve, cet été là, ses anciens collaborateurs d’Alger Républicain, (Paul Amar, Jean-Pierre Saïd, Roland Rhaïs, Vincent Ivorra…), tous arrêtés avant lui. Il consacre ses journées à raconter, "d’une écriture la plus serrée possible", les sévices endurés à El Biar. Avec les noms de ses tortionnaires indiqués noir sur blanc. La lettre de cinq pages, rédigée sous la forme d’une plainte adressée au procureur d’Alger, et recopiée en plusieurs exemplaires, parvient à sortir du camp, dans les sacs à main des épouses des prisonniers et arrive jusqu’à Paris. Les rédactions de l’Humanité et de Libération la publient de la première à la dernière ligne. C’est dans sa cellule de la prison algéroise de Barberousse, où il est incarcéré un mois plus tard, qu’Henri Alleg met le point final à "La question". Le livre, très vite saisi, paraît le 12 février 1958 aux Editions de Minuit et révèle, enfin, au grand jour, les méthodes des geôles militaires en Algérie.

"Les camps se sont développés en marge de la justice, résume l’historienne Sylvie Thénault, auteur d’ «Une drôle de justice" (Editions La découverte). Les non lieux, les sursis, les acquittements et les libérations ne répondaient pas aux exigences de la répression. Il fallait interner ceux qui risquaient de ne jamais être condamnés mais aussi ceux qui ne l’avaient pas été suffisamment. Les militaires et les policiers étaient prévenus quand les prisons relâchaient un détenu et le cueillaient à sa sortie". C’est ce qui est arrivé à Pierre Cots, 78 ans, ancien responsable des ventes à Alger Républicain, militant communiste et indépendantiste. Le premier régiment des parachutistes étrangers était venu l’arrêter une nuit de mars 1957, chez ses parents, à Bab El Oued. Il dormait profondément et avait ouvert la porte machinalement. Il s’était retrouvé avec une mitraillette dans le ventre et une cagoule sur la tête sans avoir le temps de dire un mot. Simulacres d’exécution, coups de matraque, gégène, la tête sous l’eau jusqu’à l’évanouissement… Pierre Cots avait eu droit à toutes les techniques, tristement célèbres, du centre de torture des paras de la Villa Susini. Avant d’être condamné à 20 mois de prison pour atteinte à la sûreté de l’Etat. "Une fois purgée ma peine à Maison Carrée, je prends mes affaires et j’attends pour sortir, enfin libre, raconte-t-il. Une heure se passe, deux heures, l’après-midi, la soirée. Le couvre-feu tombe, les gardiens me disent : tu ne peux pas rentrer seul chez toi, une escorte va te ramener. Des policiers sont bien venus me chercher. Mais ils m’ont emmené dans un premier commissariat, puis dans un deuxième, puis au camp de Beni Messous, puis à Lodi. J’y ai encore passé un an et demi".

Le camp de Lodi a fermé ses grilles en octobre 1960. Au bout de cinq années de services. Il ne restait, alors, plus beaucoup de prisonniers. La plupart avaient était libérés avant l’été. «Quand le directeur m’a convoqué dans son bureau, raconte André Espi, militant communiste et ancien technicien des postes à Alger, il m’a annoncé, en même temps, ma libération et mon expulsion d’Algérie, comme beaucoup d’internés, avant moi. J’avais 48 heures pour quitter le pays. Avec deux gendarmes qui ne m’ont pas lâché d’une semelle jusqu’à ce que je monte dans le bateau pour Marseille". A quatre-vingt six ans, le vieil homme sort de son porte feuille ce souvenir qui ne le quitte jamais. Ce n’est pas la médaille, reçue pour avoir libéré la Normandie avec la 2ème DB. C’est son avis d’assignation à résidence au camp de Lodi.

Nathalie Funès

Titre et mise en forme : Admin
avatar
Admin
Admin
Admin

Masculin Nombre de messages : 192
Age : 70
Date d'inscription : 07/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://justesdalgerie.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum