Le travail des avocats engagés durant la guerre d'Algérie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le travail des avocats engagés durant la guerre d'Algérie

Message  Ryad le Mer 29 Sep - 10:54

Le travail des avocats engagés durant la guerre d'Algérie


- - - - - - -
Par Maître Nicole DREYFUS

Extrait de :
Maître Nicole DREYFUS
1924-2010

Source :
http://judaisme.sdv.fr/perso/nicdreyf/nicdreyf.htm
- - - - - -

Devenue membre du parti communiste en 1949, j'ai vite plaidé dans des affaires politiques : pour des résistants qui avaient conservé leurs armes après la Libération, pour des mineurs poursuivis à la suite des grèves dures de 1947, ainsi que pour des militants qui s'étaient opposés au départ de soldats pour la guerre d'Indochine. C'est à cette époque que j'ai commencé à faire équipe avec l'avocat martiniquais Marcel Manville.

Puis ce fut la guerre d'Algérie, qui a été la période la plus intense de ma vie.
Je faisais partie de l'un des collectifs d'avocats qui défendaient des militants algériens, celui qui était proche du parti communiste et comprenait aussi Pierre Braun, Michel Bruguier (qui avait participé à la Résistance dans le Midi), Henri Douzon et Marcel Manville.

J'ai retrouvé dans la guerre d'Algérie l'exaltation qu'ont dû connaître les dreyfusards, en raison de notre certitude absolue d'être du côté du droit. Les Algériens luttaient pour leur indépendance, or, ce combat était un combat légitime qui devait être reconnu comme tel. Les moyens qu'ils employaient n'étaient pas toujours conformes à la morale, c'était vrai aussi, mais leur cause était juste, et, pour moi, c'était le principal. Les moyens engagés contre eux étaient, eux aussi, contraires à la morale : tortures, assassinats, "corvées de bois" consistant à abattre des prisonniers au prétexte d'une tentative d'évasion, autant de méthodes employées systématiquement par l'armée à l'encontre d'algériens engagés dans ce combat légitime.

Le rôle que nous avons pu jouer, très modestement, comme avocats dans la guerre d'Algérie était pour moi dans le droit fil d'un itinéraire que j'avais choisi bien avant et c'est resté la part la plus exaltante de mon métier d'avocat et de mon activité militante. C'était une ambiance très dure, mais la justesse de notre travail nous était tellement chevillée au corps, les contacts humains avec les prisonniers étaient tellement enrichissants qu'il en a résulté toute une série d'amitiés, de liens, d'expériences que je ne pourrai jamais oublier.

Il y avait plusieurs centaines, plusieurs milliers même, de militants algériens détenus dans les diverses prisons, notamment à Alger, Oran, Constantine et Bône, et il fallait défendre en priorité ceux qui couraient un risque vital. Cela représentait souvent plusieurs personnes par jour, qui comparaissaient, de surcroît, devant des tribunaux militaires différents. Et en même temps, il y avait l'état d'urgence, la détention administrative dans les camps, les gardes à vue qui n'en finissaient pas, et les tortures préalables et concomitantes à tous les interrogatoires. Tout cela débouchait sur des comparutions devant des tribunaux uniques dans leur forme, les tribunaux militaires.

Il y a eu quatre collectifs d'avocats.

Le premier avait été créé par Yves Dechézelles, qui était un ami personnel de Messali Hadj et dont l'engagement datait du temps du MTLD, avant 1954.

Puis Pierre Stibbe avait pris la responsabilité d'un deuxième collectif, avec sa femme Renée, le FLN s'étant tourné vers lui (il avait été l'avocat des députés malgaches au moment de la révolte de Madagascar en 1947, puis des dirigeants du Rassemblement démocratique africain, le RDA, un peu plus tard),

et un troisième collectif s'est formé, composé d'avocats communistes, auquel j'appartenais.

Les membres de ces collectifs ont travaillé ensemble : on se remplaçait les uns les autres, il y avait trop de travail pour que l'on puisse songer à polémiquer.
Des tensions sont apparues néanmoins quand un quatrième collectif, créé par le FLN, a voulu éliminer les autres et prendre entièrement leur place. Mais le responsable du FLN dans la prison Barberousse à Alger qui s'appelait Fétal (qui deviendra préfet d'Alger après l'indépendance) s'est opposé à ce que des avocats qui, depuis des années, plaidaient pour les détenus algériens soient éliminés. Et ces avocats ont continué à le faire.

Des avocats européens d'Algérie sont morts en raison de leur engagement : Me Pierre Popie, un chrétien social, assassiné à Alger par l'OAS, comme Me Pierre Garrigues, qui avait eu le courage de reprendre son cabinet, ce qui revenait à affronter son arrêt de mort ; tandis que Me Thuveny, a été assassiné au Maroc par les services secrets français à l'aide d'une bombe placée dans sa voiture. Un avocat algérien, Me Amokrane Ould Aoudia, a été assassiné sur le palier de son cabinet à Paris par ces mêmes services, et, à Bonn, Me Aït Ahcène a été, lui aussi, assassiné par les services français, tandis qu'à Alger, Me Ali Boumendjel a été jeté du sixième étage de l'immeuble où il avait été torturé à mort par les parachutistes du général Massu. Mais les risques que nous courions étaient bien peu de choses à côté de ceux qu'affrontaient nos clients.

Ryad
Nouveau
Nouveau

Masculin Nombre de messages: 30
Age: 51
Localisation: Algérie
Date d'inscription: 29/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum